Dématérialiser et gérer les tickets de caisse avec BILLIV

Fini les tickets en boule au fond du sac, les liasses de papiers dans le porte-monnaie. À partir de l’année 2023, le ticket de caisse sera digitalisé. “Ce changement se fait dans le cadre de la lutte contre le gaspillage et les substances dangereuses pour la santé” [2]. Désormais, pour obtenir un ticket de caisse papier, le consommateur doit le demander.

La fin du ticket de caisse papier

Répondre aux obligations liés à la loi anti-gaspillage

L’article L541-15-10 du code de l’environnement stipule que d’ici 2023 “sauf demande contraire du client, sont interdites : l’impression et la distribution systématiques de tickets de caisse dans les surfaces de vente et dans les établissements recevant du public” [1]. Ce changement, initialement prévu au 1er janvier 2023 sera mis en application au 1er avril 2023. Le consommateur peut recevoir les tickets :

  • par SMS
  • par e-mail
  • par message dans son application bancaire
  • par QR code. C’est la solution qu’a développée l’entreprise Billiv. En scannant le QR Code sur une borne dans le magasin, le consommateur obtient son ticket directement sur son téléphone.

Réduire certains impacts liés aux tickets papier

Tous les ans, en France, 30 milliards de tickets de caisse sont imprimés [2]. La dématérialisation permet de :

  • faire des économies de papier
  • faire des économies d’eau
  • faire des économies de CO2
  • réduire l’utilisation et l’exposition à des produits chimiques dangereux tels que le bisphénol A.

Qu’en est-t-il de l’impact environnemental du numérique ?

Si la digitalisation d’un ticket permet de réduire la consommation de papier, d’eau, et de substances chimiques, elle n’en demeure pas moins neutre en termes d’impact environnemental. L’ADEME estime que l’envoi par mail d’un ticket dématérialisé pourrait avoir un impact compris entre 3,8 et 19 grammes de CO2 (contre 2g environ pour un ticket « papier »).

Lorsque l’on parle du numérique, il faut considérer 3 éléments :

  • les terminaux (smartphones, ordinateurs, tablettes…),
  • le réseau visant à transférer les données,
  • les espaces de stockage.

L’impact carbone le plus lourd viendrait des terminaux et plus précisément de la fabrication des équipements électroniques. Afin de minimiser la pollution numérique des tickets de caisse dématérialisés, il est possible de refuser l’envoi du ticket ou encore de le supprimer de sa boîte mails ou de son smartphone lorsqu’il n’est plus utile.

Le ticket dématérialisé par la start-up Billiv

Qu’en est-t’il de la protection des données personnelles ?

Au moment de la transaction, certains commerces demandent les données personnelles afin d’envoyer un ticket digital. Cette pratique soulève une question quant aux respect du RGPD (Règlement général sur la protection des données). Les coordonnées communiquées peuvent être utilisées par les enseignes afin de constituer un fichier clients et faire du ciblage. La solution Billiv se distingue en proposant une approche qui n’exige pas nécessairement de fournir ses coordonnées. En scannant le QR Code en caisse avec la caméra de son smartphone, le client peut décider de :

  • Récupérer directement le ticket au format pdf sur son téléphone sans s’identifier.
  • Récupérer le ticket sur son compte Billiv où sont renseignées les données personnelles.

Billiv, une solution multifonctionnelle

La start-up française Billiv a développé une application qui permet de centraliser les tickets dématérialisés :

  • grouper les tickets digitaux
  • rechercher et filtrer les tickets
  • gérer ses dépenses
  • consulter les programmes de fidélité intégrés automatiquement
  • consulter les impacts positifs de la dématérialisation des tickets

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut