10 infos à connaître avant de créer un magasin de producteur

Tout d’abord, le magasin de producteurs est en plein essor. Ainsi, ce modèle permet à plusieurs exploitants agricoles dénommés “producteurs” de se regrouper dans un point de vente collectif dénommé “magasin” ou “point de vente collectif”.  De fait cela permet de vendre et promouvoir les produits qui proviennent de leurs exploitations. Même s’il présente de nombreux avantages, le modèle du magasin de producteur répond également à certaines obligations. 

Par conséquent, KWISATZ offre au producteur et dépôt vente une solution de gestion idéale.

Magasin de producteur, les 10 infos intéressantes :

1. Structure

Pour commencer, les producteurs sont associés à la structure du magasin (ils possèdent des parts sociales) ou non associés (ils ne sont pas rattachés juridiquement à la structure du magasin).

2. Chiffre d’affaires

Ensuite, le chiffre d’affaires est réalisé au minimum à hauteur de 70% par la vente des producteurs associés. Pour les produits non issus du groupement, les producteurs associés s’approvisionnent directement auprès d’autres artisans de l’alimentation. De même, ils affichent clairement la provenance et l’origine des produits.

3. Marchandise

Chaque producteur, associé ou non, commercialise uniquement des produits de sa propre exploitation. Et ce, pour des produits bruts ou transformés.

4. Présence des associés

La présence au minimum d’un producteur associé est obligatoire lors de la vente des marchandises. Même si le magasin emploie un vendeur salarié, la présence d’un producteur associé reste obligatoire. Pour finir, l’organisation des producteurs qui assurent la vente dans le point de vente collectif est mentionnée dans le règlement intérieur.

5. Les normes sanitaires

Le plan de maîtrise sanitaire (PMS) est rédigé et appliqué conformément à la note de service service n°2010-8103 de la Direction générale de l’alimentation (DGAL). Chaque producteur respecte les obligations liées à la production, la transformation, le transport et l’étiquetage de ses produits. Il maîtrise la chaîne du froid, les procédures de nettoyage-désinfection, et le respect de la traçabilité des produits.

6. Le contrat de mandat

Un contrat de mandat est rédigé et signé entre chacun des producteurs (mandant) et le magasin de producteurs (mandataire). Ces mandats obligatoires donnent pouvoir au mandataire de vendre les marchandises et d’encaisser les montants correspondants pour le compte des mandataires. Ils précisent les conditions de rémunération (commissions prélevées) du mandataire.

7. Responsabilité des producteurs

Même si la responsabilité sanitaire du magasin (mandataire) est engagée pour toutes les marchandises, les producteurs demeurent propriétaires de leur marchandise et leur responsabilité reste engagée jusqu’à sa remise au consommateur.

8. Charges et commissions

Une commission prélevée sur les ventes de la marchandise paie les charges du point de vente. Aussi le taux de commission est généralement entre 10 à 30% en fonction du statut du producteur (associé ou non associé du point de vente collectif). De fait, cette commission est considérée comme une prestation de service et le taux de TVA correspondant.

9. Traçabilité de la marchandise

Lorsqu’un producteur confie ou récupère de la marchandise, des bons de dépôts ou retraits historisent les opérations.  Ainsi ces bons assurent la traçabilité des mouvements de produits en cas de contrôle.

10. Paiement des commissions

Enfin, chaque fin de mois, le magasin édite un récapitulatif des ventes par producteur où apparaît la quantité et le montant des marchandises vendues et le montant des commissions retenues. Ensuite le producteur perçoit le total de ses ventes déduit de la commission du magasin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut